Restauration de meuble ou rénovation : que choisir ?

Illustration d'article - Restauration de meuble ou rénovation
"Bien qu'on ait du cœur à l'ouvrage, l'art est long et le temps est court"
Portrait de Charles Baudelaire, par Étienne Carjat
Charles Baudelaire, dans Les fleurs du mal
Poète

Face à un meuble ancien, sale, abimé ou démodé et une fois surmontée cette impulsion de s’en débarrasser et de filer chez IKEA, la question arrive, inévitable : comment faire pour qu’il trouve sa place dans notre intérieur ? En supposant que nous souhaitions conserver sa forme d’origine, les orientations qui s’offrent à nous principalement la rénovation / le relooking ou la restauration du meuble. Comprendre les différences entre ces approches va nous guider dans nos choix.

Rénover ou relooker un meuble

Pourquoi

Rénover ou relooker un meuble ancien, c’est faire le choix assumé de transformer son apparence : cacher les traces du passage du temps (fentes ou trous dans le bois, rayures…), changer sa finition ou sa quincaillerie (poignées, gonds…) pour quelque chose de plus moderne… Souvent, on s’appuiera sur cette forme générale, ce petit détail, ce « je ne sais quoi… » qui a attiré notre œil au départ, qui nous plaît et que l’on souhaite faire ressortir encore plus pour lui donner un aspect plus moderne, plus pimpant…

C’est une approche qui convient très bien pour donner un aspect plus tendance à un meuble un peu démodé ou dont certaines parties sont trop abimées pour être réparées et qu’on ne peut pas facilement remplacer à l’identique. C’est malheureusement fréquent lorsque des matériaux modernes sont utilisés (aggloméré, stratifié, plastiques…) ou que des insectes xylophages ont un peu trop prospéré dans votre meuble. On peut alors être amené à intervenir sur la structure du meuble.

Comment

Avec un peu d’imagination, c’est une approche qui peut être assez économique et simple à mettre en œuvre. On peut utiliser des outils et produits modernes trouvés en grande surface de bricolage, choisir parmi une foultitude de finitions prêtes à l’emploi (peintures, vernis, céruses, lasures, cires, huiles…) ou la fabriquer soi-même (y compris sa peinture !)… Il y en a vraiment pour tous les goûts et les possibilités sont sans fin. Et comme les gammes de produits respectueux de l’environnement s’étoffant régulièrement (attention quand même au greenwashing ou écoblanchiment), il n’y a pas de raison de se priver.

En synthèse

En rénovation de meuble et en décoration de manière générale, attention aux choix esthétiques forts ! Se lâcher (une belle commode couleur vert bouteille trônant au milieu du salon par exemple) peut sembler tentant sur le moment, mais qu’en sera-t-il dans la durée ? Ce choix initial ne risque-t-il pas de lasser au bout d’un moment ? Ce meuble relooké trouvera-t-il facilement sa place dans la prochaine décoration ? Si non, il faudra envisager un deuxième relooking… ce qui n’est pas toujours possible sans endommager le meuble ou y passer un temps disproportionné. Ceux qui ont essayé de décaper une peinture récente (ou pire, plusieurs couches de peinture) savent de quoi il s’agit…

Le premier relooking de ce meuble risque donc bien d’être son dernier… Si l’alternative est la déchetterie, pourquoi pas ? Dans le cas contraire, cela mérite au moins réflexion…

Restaurer un meuble

Une autre approche envisageable est celle de la restauration de notre meuble.

Principes de base

Des ouvrages entiers ont été consacrés à ce sujet, principalement pour la restauration de mobilier ayant une valeur historique ou artistique certaine, dans une optique de conservation. C’est une discipline avec une déontologie très codifiée, nécessitant une formation approfondie. En cas de doute sur la valeur de votre meuble, demandez conseil à un ébéniste restaurateur d’expérience.

Pour les meubles plus courants dont parle cet article (vous n’envisagiez quand même pas sérieusement de repeindre en vert amande et rose bonbon une commode d’époque Louis XVI ?), on peut prendre un peu plus de distance et de liberté.

Les principes de base restent les mêmes : on ne cherche pas à effacer les stigmates du passage du temps (la patine) tant qu’elles ne nuisent pas à sa conservation et les opérations de restauration doivent être autant que possible réversibles. Ceci permettra aux générations futures, à leur tour, de prolonger la vie du meuble.

Méthodes utilisées : quelques exemples

En restauration, on utilise ainsi les méthodes les moins agressives possibles pour le meuble.

En ce qui concerne les colles, cela veut dire qu’on privilégiera celles que l’on peut amener à reprendre leur état initial, liquide et non collant, souvent en les chauffant. Exit les colles epoxy, superglue ou néoprènes ! On leur préfèrera des colles naturelles comme la colle de poisson, la colle à la caséine… La colle blanche (ou vinylique) a aussi cette propriété dans une certaine mesure.

Pour une finition, on choisira des finitions qui n’altèrent pas le support et, si besoin, permettent de retrouver son état d’origine avec un effort raisonnable : des finitions à base de cires naturelles ou de gomme laque (comme le vernis à l’alcool) font ainsi très bien l’affaire… Ou alors, plutôt que de décaper un verni ancien, on essaiera de le restaurer, ce qui peut demander moins d’effort (mais un peu de technique et de minutie) : on vous explique comment faire dans ce cours

En synthèse

Par rapport à la rénovation (ou au relooking), la restauration est une approche qui a l’avantage d’être souvent assez respectueuse de l’environnement en limitant l’utilisation de produits chimiques et d’être aussi plus durable dans le temps, car son résultat se démode en général moins vite. En revanche, elle demande un peu plus de compréhension de son meuble, de réflexion et de technique. Elle peut donc paraître plus difficile au premier abord… Heureusement, ce n’est qu’une apparence et de premières bases sont faciles à acquérir : nous avons d’ailleurs sollicité un maître ébéniste passionné pour vous proposer un cours sur le sujet (plus d’information en fin d’article).

Conclusion

Alors, au final, restauration de meuble ou rénovation ? Tout dépendra en fait du meuble, des contraintes, des envies et… des goûts de chacun !

Dans tous les cas, avant de vous lancer, n’oubliez pas de vous installer un espace de travail ergonomique et de vous armer de patience et d’huile de coude.

À vos meubles ! Prêts ?…

PS : la restauration de meuble vous intéresse mais vous ne savez pas par quoi commencer ? Artisanatek vous a concocté avec Cyrille Marie, maître ébéniste passionné depuis plus de 25 ans, un cours en ligne d’initiation à la restauration de meubles et objets en bois : c’est par ici que ça se passe ! De nombreux ébénistes proposent aussi des cours dans leur atelier : avez-vous regardé près de chez vous ?

PPS : cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Laisser un commentaire